Les militaires des États-Unis savent tout depuis le début.

Publié le : 20/01/2022 16:12:58
Catégories : La Presse en parle

Les militaires des États-Unis savent tout depuis le début.

2022.01
Lettre du 17 janvier 2022

   Madame, monsieur, chère amie, cher ami,

   Antony Fauci aurait bel et bien financé en Chine et avec l’argent des contribuables des États-Unis des recherches sur « le gain de fonction des coronavirus transmis par les chauves-souris ».

   C’est ce qu’a dévoilé le 10 janvier 2022 le Project Veritas, grâce à un rapport jusqu’alors gardé secret (le document était conservé crypté sur un disque dur classifié « top secret ») et qui était adressé à l’Inspecteur Général du Département de la Défense des États-Unis.

   L’auteur de ce rapport est un Major du Corps des Marines (grade intermédiaire entre ceux de capitaine et de lieutenant-colonel), du nom de Joseph Murphy qui appartenait au « Defense Advanced Research Projects Agency » (DARPA), une agence du Département de la Défense des États-Unis chargée de faciliter la recherche de technologies pouvant déboucher sur la mise au point d’applications militaires.

   L’armés des États-Unis refuse de financer les recherches voulues par Antony Fauci, car trop dangereuses, qu’importe, il se passera d’elle et payera le parti communiste chinois pour les faire, malgré tout.

   Le major Joseph Murphy indique dans son rapport que l’organisation non gouvernementale « EcoHealth Alliance » qui est très largement financée par les National Institutes of Health (NIH) a sollicité le DARPA en mars 2018, afin d’obtenir un financement pour mener des recherches sur « le gain de fonction des coronavirus transmis par les chauves-souris ».

   La proposition, nommée « Project Defuse », a été rejetée par la DARPA, car elle violait le moratoire international sur la recherche de gain de fonction sur les virus (la lettre de refus précise  « la proposition ne mentionne ni n’évalue les risques potentiels de la recherche sur le gain de fonction (GoF) ».

   Toutefois, et selon les documents joints au rapport, sous l’égide « d’EcoHealth Alliance », le docteur Antony Fauci a fait financer ces recherches au laboratoire P4 de Wuhan en Chine par le « National Institute of Allergy and Infectious Disease » (NAIAD), qu’il dirige.

   Ces révélations pourraient coûter très cher à Antony Fauci, y compris en termes d’années de prison, car il a affirmé à plusieurs reprises et sous serment en audience publique du Sénat, que les « National Institutes of Health » (NIH) et que le « National Institute of Allergy and Infectious Disease » (NAIAD) n’ont pas été impliqués dans les recherches sur le gain de fonction avec le programme « EcoHealth Alliance. » »

   Ils auraient organisé l’interdiction de l’Ivermectine et de l’Hydroxychloroquine !

   Et ce n’est pas la pire des révélations contenues dans le rapport de Joseph Murphy qui détaille les dangers liés aux vaccins à ARNm, aux recherches sur les gains de fonction des virus, mais également sur les dissimulations effectuées par les responsables de ces programmes, et sur l’interdiction de la délivrance de remèdes efficaces comme l’Ivermectine et l’Hydroxychloroquine qui devait être organisée (on comprend ainsi pourquoi dès octobre 2019 Agnès Buzyn à organisé le classement en substance vénéneuse de l’Hydroxychloroquine, interdite de délivrance par le ministre hitlérien des intérêts de Pfizer, Olivier Véran).

   Les documents joints au rapport indiquent que l’Ivermectine est identifiée comme curative dès avril 2020 et qu’elle serait efficace pendant toutes les phases de la maladie, car « elle inhibe la réplication virale et module la réponse immunitaire ».

   Il en serait de même pour le phosphate de chloroquine (hydroxychloroquine) qui est décrit comme un inhibiteur du SRAS-CoV.

   Dans une vidéo publique, le responsable de Project Veritas, James O'Keefe, pose cette question fondamentale au DARPA : « Qui au DARPA a pris la décision d’enterrer le rapport original ? Ils auraient pu tirer la sonnette d’alarme au Pentagone, à la Maison-Blanche ou au Congrès, ce qui aurait pu empêcher toute cette pandémie qui a entraîné la mort de 5,4 millions de personnes dans le monde et causé beaucoup de douleur et de souffrance à des millions d'autres. »

   Notre liberté d’aller et venir, l’inviolabilité médicale de nos corps et la liberté thérapeutique ne sont pas négociables ! Ce sont des monstres que l’on doit chasser de nos existences !

   N’attendons pas qu’ils nous placent à l’isolement dans des camps de concentration afin de nous injecter de force leurs mortelles saloperies.

   Chassons-les pendant qu’il en est encore temps.

   Ils veulent notre peau, préparons-nous très sérieusement à la Résistance active et clandestine.

   Pierre Lefevre

Partager ce contenu

3 LIVRES* = LIVRAISON GRATUITE
(pour toutes commandes expédiées en France métropolitaine / Belgique)
*1 livre = 2 livres poche